Au gré de promenades dans les mines, dans les carrières, au bord des talus, sur les rives des étangs, près des sources, en montagne, je récolte argiles et minéraux.

Avec ces matières que le vent, la pluie, le gel achèvent de transformer, je prépare les pâtes et les couvertes. Alors vient le moment du modelage. Sous les lentes et successives pressions des doigts, au creux de la main, l’argile devient bol.

Dégourdis à l’orange clair, dans un four à bois, partiellement ou totalement enfumés, les bols recouverts de glaçure sont cuits un à un pendant plusieurs heures.

Chacun d’entre eux est un fruit qui gorgé de feu parviendra peut-être à maturité.

faconnage-bol-a-the-emmanuel-alexia